Books

Books

24/05/2015

Derrière la porte



J'ai longtemps hésité avant de classer le dernier "Sarah Waters" dans une catégorie précise. Roman étranger? Anglophone? Drame? Finalement, je l'ai rangé dans les romans saphiques parce que j'ai découvert cet écrivain anglaise (il y a plus d'une dizaine d'années) avec une histoire lesbienne qui se jouait à l'époque victorienne : Caresser le velours (Tipping the velvet) et que la majorité de ses livres présente des femmes homosexuelles. Bien que l'Amour soit universel, j'en conviens, il est plaisant de temps à autre de pouvoir davantage s'identifier aux protagonistes d'une histoire lorsqu'ils ont la même sexualité que vous. Loin de vouloir militer pour une cause, je trouve que la littérature, le cinéma gai et lesbien manquent encore de visibilité. Bien évidemment c'est moins "caché" que par le passé mais il reste encore des progrès à faire! Enfin, là n'est pas le sujet de cet article...

Ça cause de quoi Derrière la porte? Bon de femmes ça on l'a compris...mais aussi de la société anglaise de l'après-guerre, de comment les sujets de la couronne britannique tentent tant bien que mal de se reconstruire après avoir perdu leurs proches au combat, dans les bombardements...Et voilà que l'on se retrouve dans la banlieue de Londres chez Mrs et Miss Wray. Mrs Wray a perdu son époux, ses fils et vit à présent avec sa fille dans une maison qu'elles ont du mal à entretenir financièrement. Pour payer les factures, éponger les dettes de son défunt mari, elle décide donc de louer l'étage de la demeure familiale à un jeune couple de la classe ouvrière, Mr et Mrs Barber.
Si les rapports entre les propriétaires et les locataires sont au commencement quelque peu tendus (on s'épie, se jauge, s'excuse...bref on s'apprivoise!), Frances, la fille de Mrs Wray et Lilian, l'épouse de Len se rapprochent lentement, dangereusement jusqu'à tomber amoureuses et commettre l'irréparable.

Ce que j'ai aimé dans ce roman : la plume toujours aussi talentueuse de Sarah Waters fait du lecteur un voyeur qui pénètre à la fois avec gêne, curiosité et envie dans l'intimité d'une maison et du quotidien de ses occupants. Derrière une porte, il y a toujours bien des secrets et ce livre est un peu comme le trou d'une serrure...






Aucun commentaire:

Publier un commentaire